Les blessures de notre enfant intérieur

Connaissance de soi
14 nov. 2017
Jessie Birra


Les blessures de notre enfant intérieur

Nous portons tous en nous un enfant intérieur. C’est l’enfant que nous avons été et qui continue à vivre à l’intérieur de notre être. Il contient toutes nos émotions, nos aspirations, nos joies comme nos peines que nous avons vécues. Sans le savoir, il se manifeste à chaque instant dans notre vie et nous fait ressentir des émotions en lien avec ce que nous vivons dans notre présent. Cela peut expliquer des peurs, des peines, de l’exaltation, de la joie qui nous submergent soudainement. Cet enfant intérieur est en lien direct avec notre âme et notre corps. Il est le pont entre les deux et forme notre personnalité. Nous sommes à une époque de notre évolution humaine où il est de plus en plus présent.


Pourquoi avons-nous un enfant intérieur ?
Cet enfant intérieur représente notre incarnation. Lorsque nous nous somme incarnés dans un corps physique nous étions comme vierges de toutes expériences, sensations, émotions… Dès l’instant où nous avons évolué dans le ventre de notre mère nous avons enregistré des sensations, des émotions… Et au fur et à mesure que nous avons grandi nous avons expérimenté la vie sur terre en tant qu’être humain. La somme de toutes ces expériences sont encodées en lui. Nous sommes façonnés et construits sur notre enfant intérieur. C’est la raison pour laquelle de nombreuses thérapies se reposent et travaillent sur cet enfant intérieur.
Nous pensons que guérir l’enfant intérieur va nous ôter nos émotions négatives, les blocages dans notre vie, nos peurs, nos blessures …  Pourtant, j’ai découvert grâce à l’écriture de mon livre « Mon Dialogue avec la Source » que cet enfant intérieur n’a pas à être guéri, mais à être libéré et accueilli.


Les blessures de l’enfant intérieur 
Notre enfant intérieur a gardé toutes les blessures qu’il a vécues et il s’est créé des masques et des programmes afin de se protéger. Il existe une multitude de blessures qui sont regroupées sous 5 grandes catégories « Les blessures de l’âme » qui ont été initialement mises en lumière par le psychiatre américain John Pierrakos et reprises par Lise Bourbeau.

  • La blessure du rejet avec le masque du fuyant ôte notre capacité à prendre place dans la vie, de créer et de faire des projets.
  • La blessure de l’abandon avec le masque du dépendant nous empêche d’aimer et être aimé réellement.
  • La blessure de l’humiliation avec le masque du masochiste nous bloque dans nos aspirations et dans l’expression de la femme ou de l’homme.
  • La blessure de la trahison avec le masque du contrôlant nous empêche de nous sentir en sécurité.
  • La blessure de l’injustice avec le masque du rigide nous empêche de nous exprimer et ainsi d’être soi-même …

Si vous avez la blessure du rejet par exemple, vous allez vivre des situations où vous vous sentez rejeté. Des émotions fortes vont vous envahir et vous ne comprendrez pas vous-même pourquoi vous vivez d’une manière si excessive quelque chose qui peut paraître anodin en temps normal. Vous avez ouvert la porte sur une blessure de votre passé qui est encore vivante en vous. Ce que nous avons vécu dans notre passé et qui n’a pas été accepté et libéré reste vivant dans notre présent. Comme une porte ouverte, une malle de souvenirs qui remonte dans notre conscience afin d’être découvert et vécu. Lorsque nous sommes blessés nous avons tendance à nous refermer et faire tout pour que le temps fasse son travail d’oubli. Mais rien ne s’oubli. C’est pour cette raison que de vieilles blessures, de vieux traumatismes refont surface.


La libération 
Au lieu de vouloir guérir, nous avons besoin d’accueillir toutes les émotions qui remontent à notre conscience, il nous faut également ne pas juger car sinon nous nous retrouvons bloqués dans la libération. Je me rends compte lors de mes soins que l’enfant intérieur est très présent. Nous sommes à une période de notre évolution en tant qu’être humain, où nous sommes appelés à nous libérer de notre passé, d’une conscience basée sur l’ego pour aller sur une conscience vers l’Être. Et l’enfant intérieur est le pont entre les deux. Ce qui est important de comprendre, c’est que notre enfant intérieur ne recherche pas réparation mais l’expression de ce qu’il a vécu. Je découvre que le petit garçon ou la petite fille que nous avons été, a le besoin d’exprimer ce qu’il a vécu et d’être soutenu pour retrouver la paix.

Il n’y a pas de jugement chez un enfant, juste des faits qu’il a interprétés et qu’il souhaite verbaliser afin d’être reconnu dans sa souffrance.  Lorsque vous ressentez une blessure d’âme, une émotion de votre enfant intérieur, ne cherchez pas à la guérir ou la juger. Mais accueillez ce qui se forme en vous, laissez-lui la place pour s’expanser et s’exprimer. C’est ainsi que l’on se libère. Imaginez que vos blessures sont constituées d’émotions bloquées car l’enfant que vous avez été n’a pas pu s’exprimer. Aujourd’hui, les émotions de ce passé viennent à votre conscience afin d’être vu et reconnu. Il n’y a rien à faire à part accueillir ce qui est et tout se transforme. L’enfant que vous avez été à besoin de vos bras, de votre compassion, de votre accueil afin de se libérer et retrouver la joie de vivre.

Si vous avez besoin d’un accompagnement ou de conseils, laissez un commentaire ou contactez-moi !


Jessie BIRRA - Thérapeute, Auteure et Channel
Retrouvez toutes mes infos  : cliquez ici

Auteure du livre « Mon Dialogue avec la Source : Découvrez une conversation extraordinaire entre une femme et la face féminine de Dieu » - Cliquez ici
https://www.clespirituelles.com/




CommentaireAnnuler de Répondre